Lettre d'informations

PayPal

Quelques choses à savoir sur cette épice qu'on nomme Safran...

Un peu d’histoire

-   Le safran est une des plus vieilles épices, il a fait son apparition il y a environ 5000 ans dans les hautes vallées du Cachemire et sur les plateaux de Perse.

-   Les égyptiens et les hébreux s’en servaient déjà pour aromatiser et colorer les aliments lors de fêtes religieuses.

-   Puis il s’est transmis aux grecs et aux romains qui l’utilisaient dans l’art culinaire, la parfumerie, les teintures, la pharmacopée et lors de certains rites religieux. De même qu’en Inde toujours utilisé aujourd’hui.

-   Au IXème siècle, le safran est introduit en Afrique du Nord grâce aux arabes puis en Espagne musulmane.

-   Au XIIème siècle, au retour des croisades, le safran arrive en France au gré d’échanges commerciaux avec l’Orient où il se répand dans plusieurs régions : Provence, Quercy, Rouergue, Gâtinais, Lyonnais…

-   Au XVème siècle, sa culture s’étend jusqu’au sud de l’Angleterre.

-   Fin XVIIIème la découverte des couleurs artificielles, les transformations des usages alimentaires, l’industrialisation et l’exode rural provoquent une diminution de la culture du safran en Europe et en France.

-   Les 2 hivers rudes et rigoureux de 1879-1880 puis de 1890-1891 portent un coup décisif à la culture du safran français.

Son nom

-   "Safran" : inspiré de l’arabe "zaferân" dont la racine signifie la couleur jaune.

-   "Crocus" : vient du grec "krokos", signifie "fil, filament", il y en a 3 dans un pistil.

Aujourd’hui

-  1988, la création du musée du safran de Boynes fait ressurgir l’histoire des safraniers du Gâtinais.

-  9 ans plus tard, un colloque à Beaune montre toute la diversité et la richesse des 3 stigmates du Crocus Sativus.

-  La culture actuelle du safran, dans le Gâtinais, le Quercy, la Touraine, l’Aquitaine ou encore le Rouergue, participe à une reterritorialisation ainsi qu’à une redécouverte culturelle et culturale.

Description

-  Plante vivace de la famille des iridées, le Crocus Sativus est à végétation inversée : floraison en automne, végétation en hiver ; il perd sa verdure au printemps pour être en dormance tout au long de l’été.

-  Le bulbe ou "cormus" est arrondi au dessus, avec une dépression au centre et aplati en dessous. Il est enveloppé de pellicules sèches fibreuses où naissent les pédoncules floraux.

-  Ses 6 à 7 feuilles très aériennes, vert sombre et brillantes, au limbe long et étroit de 20 à 60 cm.

-  Ses belles fleurs sont hermaphrodites, pourvues de 6 pétales parme, de 3 étamines au pollen jaune et d’un pistil divisé en 3 filaments ou stigmates de couleur rouge vif brillant qui s’ouvrent en cornets dentelés et très odorants.

-  Les fleurs apparaissent généralement début octobre pour une floraison d’environ 3 semaines. Elles doivent être cueillies chaque matin après la rosée.

-  Sa reproduction est végétative, souterraine et pérennante par division du bulbe-père en bulbes-fils.

Sa culture

-   Plantation des bulbes, récolte et émondage des fleurs, désherbage… le travail est long car il ne peut être mécanisé, tout est fait à la main, bulbe après bulbe, fleur après fleur.

-   Tous les 4 ans il faut déterrer tous les bulbes puis les replanter dans une nouvelle parcelle afin d’éviter les maladies et permettre à la terre de se reposer une dizaine d’années.

-   Il faut entre 150 et 200 fleurs pour obtenir 1 gramme de safran. 

Qualité, séchage et conservation

-   La qualité du safran varie en fonction : du terroir, du climat, de son mode de culture et de sa récolte journalière.

-   Le séchage (perte de poids 80%)  est l’étape clef dans la préparation du safran car il permet d’exprimer l’arôme de l’épice. Les méthodes sont différentes selon les régions et les pays producteurs ce qui entraîne des variations dans la qualité du safran.

-   Le safran doit toujours être conservé à l'abri de la lumière, et de l’humidité. Son emballage d’origine. est souvent le plus approprié, d’où mon choix de pots en verre & bouchons en liège.

Le safran, épice flamboyante aux 3 propriétés

Saveur - La "picrocrocine" donne la saveur amère du safran. Sa dégradation en safranal se développe lors du procédé de séchage.

Arome – Le "safranal" confère au safran une grande partie de ses propriétés médicinales. Peu ou pas présent dans les stigmates frais, il dépend des conditions de séchage et de conservation du safran, ce qui au final est déterminant pour la qualité de l'épice.

Couleur - La "crocine"est un caroténoïde qui donne au safran sa couleur jaune très caractéristique et si chaleureuse. D’ailleurs le safran a longtemps été utilisé comme colorant naturel …

Propriétés médicinales

-   Outre ses qualités gustatives, on trouve sa trace depuis l’antiquité dans la pharmacopée de nombreuses civilisations (Perse, Egyptienne, Romaine, Grecque) comme stimulant digestif, antispasmodique, sédatif…

-   Aujourd’hui, en homéopathie, il est utilisé pour soigner les troubles circulatoires ou règles douloureuses chez la femme et entre dans la composition du sirop "Delabarre" réputé pour calmer les douleurs gingivales des nourrissons.

-   Il est connu comme anti-tumoral.

-   De par le monde, des études sont menées avec des résultats prometteurs dans le traitement : du diabète, des conséquences de l'accident cardio-vasculaire, de la cécité, de la dégénérescence cérébrale, de la circulation sanguine, du cholestérol et des brulures de la peau…

-   Grâce au safranal (molécule active qui agit par inhibition de la recapture d'un neurotransmetteur appelé "sérotonine"), le safran a des vertus importantes pour soigner naturellement la dépression mais sans effets indésirables.

-   De nombreuses études cliniques et des travaux de recherche récents dans le monde confirment que le safran est une source de bien-être, d'équilibre et d'harmonie corporelle et mentale.


Lettre d'informations

PayPal